DESINTOX !!! Les manipulations de Frédéric Lefebvre

Faute de pouvoir vous convaincre sur son projet sans substance, Frédéric Lefebvre a choisi de tenter de vous faire peur en vous désinformant sur mes propositions et celles de François Hollande.

Mon challenger s’obstine à parler de continuité de la gratuité scolaire entre la France et l’étranger.

A l’étranger, la gratuité n’existe pas. Mr Lefebvre le saurait s’il avait rencontré plus de parents et visité plus d’écoles.

La prise en charge des frais de scolarité est limitée aux classes de seconde, première et terminale, et basée sur les tarifs de 2007. Donc selon les écoles, il peut rester jusqu’à plusieurs milliers de dollars à la charge des parents. Les moins fortunés doivent donc avoir recours aux bourses sous conditions de ressources que nous proposons d’améliorer. Et c’est sans parler des nombreuses familles qui ne peuvent pas ou ne veulent pas scolariser leurs enfants dans le système privé homologué, et pour qui des alternatives doivent être soutenues. [ En savoir plus sur les bourses et la prise en charge et mes propositions ]

En France, si l’école de la République est gratuite pour tous les enfants, c’est qu’elle est publique et financée par l’argent des impôts. Contrairement à ce que prétend Frédéric Lefebvre qui ne cesse de nous faire des procès d’intention sur le sujet de la fiscalité, nous sommes tous d’accord pour refuser la création d’un impôt pour les Français de l’Étranger. Le président François Hollande l’a encore confirmé le 18 mai à Washington. [ En savoir plus sur mes propositions : Non à la double imposition ! ]

A partir de là, quelle est la cohérence de réclamer, comme le fait Frédéric Lefebvre, une fausse gratuité non financée? Notre projet prévoit de reverser au budget des bourses les sommes aujourd’hui consacrées à la prise en charge sans conditions de ressources des frais de scolarité au lycée. Cela permettrait de doubler immédiatement le budget des bourses et de faciliter l’accès du plus grand nombre à toutes les classes, et pas seulement à celles du lycée.

Pour la clarté et la crédibilité des propositions, pour une utilisation efficace des ressources publiques, pour un meilleur accès du plus grand nombre à l’école française ou en français, et pour la responsabilité fiscale et budgétaire, accordez-moi votre confiance.

— Corinne Narassiguin