Point presse du 9 mai 2016

Lundi 9 mai, Corinne Narassiguin, porte-parole du Parti socialiste, a tenu un point presse pour évoquer les sujets discutés lors du Bureau national.
Guillaume Mathelier a présenté un rapport sur le revenu universel au Secrétariat national dans la journée.
Ce revenu d’existence doit être envisagé comme un investissement dans l’émancipation de chacune et de chacun : il donnerait aux personnes qui le souhaitent les moyens de s’investir dans des activités créatrices de bien commun et de développer ses savoirs et ses compétences le reste du temps à travers la formation. Il pourrait s’adosser à un capital initial d’émancipation, doté par l’État entre 0 et 18 ans. Enfin, il redonnerait du sens au travail choisi et non subi.
Chaque semaine, un rapport sera produit pour poser de nouvelles bases de débat afin que le parti puisse lui donner sa lecture; une lecture socialiste.

Élections en Grande Bretagne –  Sur la victoire de Sadiq Khan qui remporte la mairie de Londres, Corinne Narassiguin a indiqué que le Premier secrétaire a tenu a saluer cette reconquête du Labour d’une ville ouverte, d’une ville cosmopolite, d’une ville européenne. À cet égard, Sadiq Khan a clairement fait campagne pour le maintien de son pays dans l’Union Européenne.

Suite au vote du Conseil national, Corinne Narassiguin a regretté une forme «de durcissement au sein du Parti communiste vis à vis du Parti socialiste, qui ne semble pas être de bonne augure pour nous»; évoquant un texte proposé et voté à une majorité très étroite au PC qui constitue une synthèse entre la critique gouvernementale et le dialogue avec le PS.
La primaire à gauche a également été évoquée;  l’occasion pour la porte-parole de rappeler que la multiplication des candidatures à droite comme à gauche témoignait d’une absence d’alternative incarnée à la politique menée par le gouvernement.
Parce que le Parti socialiste a à coeur de rassembler, Jean Christophe Cambadélis rencontrera très prochainement toutes les sensibilités à gauche, partenaires du PS, mais également avec le collectif «NotrePrimaire».

A propos de Denis Baupin, la porte-parole a rappelé que si les faits sont avérés, ils sont extrêmement graves et il faut les condamner; Claude Bartolone a eu raison de réclamer immédiatement la démission de ses fonctions de Vice-Président de l’Assemblée nationale. Elle a ajouté : «Nous savons qu’il est souvent difficile de libérer la parole des femmes, il faut l’entendre et la respecter, tout en respectant la présomption d’innocence qui permettra à Denis Baupin de s’expliquer», rappelant que dès 2012, une loi est venue renforcer la lutte contre le harcèlement sexuel.