Point presse du 29 février 2016

Tarir, contenir, accueillir, répartir et démanteler des filières de passeurs

Lors du point presse hebdomadaire, Corinne Narassiguin, porte-parole, est revenue sur les sujets à l’ordre du Bureau national du PS.

A propos des réfugiés, la porte-parole a évoqué un débat « consensuel » au sein du parti : « L’objet est de développer une orientation claire du PS pour prendre des initiatives et faire des propositions sur ce qui doit être fait au niveau français, européen, et international ». Ainsi, le 8 juillet 2016, une conférence du Parti socialiste européen sera organisée sur ce sujet, en préparation de la conférence mondiale demandée par Jean-Christophe Cambadélis en juin 2015 lors du Congrès de Poitiers.
La gestion des flux migratoires devra respecter quatre principes établis par le Premier secrétaire. Le premier, tarir, consiste à « traiter la question à la source » , en s’attaquant « à la question des conflits », et donc en continuant lutte contre Daech, tout en cherchant à trouver une solution politique en Syrie. Il s’agit également de contenir, en apportant « un soutien massif aux pays en première ligne » que sont la Turquie, le Liban, la Jordanie et la Grèce. Concernant les réfugiés arrivés, la porte-parole appelle à les « répartir de manière équitable au sein de tous les pays de l’Union européenne ». Enfin, il faut punir, c’est-à-dire « poursuivre de manière déterminée le démantèlement des réseaux de passeurs », ce qui implique une action aux niveaux national, européen et international.

Abordant le sujet des Primaires, Corinne Narassiguin a ré-affirmé la volonté du parti d’y participer. Ainsi, Christophe Borgel et Rachid Temal, ont été désignés par la direction du PS afin de participer aux réunions hebdomadaires organisées par le collectif Notre Primaire. « Le PS veut montrer que nous sommes pleinement engagés dans ce processus, afin de trouver les moyens d’organisation pratique sur le calendrier et le périmètre, pour la tenue de ces Primaires de toute la gauche », a conclu la porte-parole.

Enfin, la venue de la ministre du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle Myriam El Khomri lors du Bureau national du 7 mars a été confirmée, bien que le passage de la loi en Conseil des ministres soit repoussé de deux semaines. « Nous allons pouvoir discuter de la manière dont nous voulons dialoguer avec le Gouvernement et les organisations syndicales avant que le projet de loi soit déposé devant le Conseil des ministres ». Comme l’a demandé le Premier secrétaire, c’est dans le sens d’une plus grande sécurisation des salariésque le Parti socialiste compte travailler.